Déséquilibres et pathologies, Hygiène de vie

Comment éviter les mycoses vaginales ?

Si tu as déjà eu une mycose vaginale, tu n’as sûrement qu’une envie : savoir comment éviter d’en avoir à nouveau une ! Et si tu n’en as jamais eu, tu seras ravie d’apprendre comment ne pas en attraper ! C’est le premier motif de consultation gynécologique en France et à l’étranger. Cette infection vaginale due à un champignon provoque des irritations, démangeaisons, brûlures, douleurs lors des rapports et pertes vaginales abondantes. Voici quelques conseils pour les éviter !

Une mycose vaginale, c’est quoi ?

C’est une infection vaginale sans gravité mais néanmoins très gênante : elle engendre des démangeaisons, des brûlures au niveau de la vulve, des pertes abondantes,… Elle est souvent provoquée par un déséquilibre de la flore qui permet à des levures (en général le Candida Albicans) de se développer et de générer des symptômes très désagréables. Tu peux retrouver les situations qui peuvent déséquilibrer ta flore et provoquer une mycose dans cet article.

L’équilibre de la flore intime est fragile. Pour le préserver, voici quelques bons gestes à adopter au quotidien et éviter les mycoses vaginales.

Les bons gestes à adopter pour éviter les mycoses vaginales

Éviter les mycoses vaginales grâce à ton hygiène de vie

L’alimentation

Avoir une alimentation équilibrée, riche en nutriments, bio dans la mesure du possible, est primordial pour être en bonne santé. Ça s’applique aussi pour ton intimité ! Car tes défenses immunitaires doivent être au top pour te défendre, et l’alimentation est la base d’une bonne santé !

Les levures adorent le sucre ! Pour limiter l’apparition de mycoses, essaie de limiter ta consommation de sucre. Mais je ne parle pas de morceaux de sucre, ça serait trop facile ! Le sucre se cache aussi dans les plats préparés industriels, le ketchup, les pâtes et le pain à base de farine blanche,… Privilégie de sucre naturellement présent dans les aliments et les farines semi complètes ou complètes (et bio).

L’activité physique

On ne le répètera jamais assez : l’activité physique est ton meilleur rempart contre les problèmes de santé. Bouge. Même un peu, marche, fais des étirements, danse dans ton salon, fais ce qui te fait plaisir, mais ne reste pas statique. Ça sera bon pour ton corps mais aussi pour ta tête !

Le stress

Le stress a été identifié comme un facteur favorisant les mycoses vaginales. En effet, lorsqu’on est stressées, nos défenses immunitaires s’affaiblissent et on est plus sujettes aux infections. Si tu as tendance à stresser ou si tu es de nature anxieuse, trouve ce qui t’apaise. Pour ma part ça a été le yoga et la méditation.

Le sommeil

Un sommeil de qualité est indispensable pour être en bonne santé et avoir des défenses immunitaires en béton pour se protéger d’infections et des mycoses !

Les médicaments

Si tu as une bonne hygiène de vie, tu auras normalement de bonnes défenses immunitaires et tu seras peu malade. Si malgré tout ça t’arrive, essaie de limiter l’usage de médicaments, notamment les antibiotiques. La plupart du temps, on peut se soigner avec du miel, du thym, du gingembre, des huiles essentielles,… Si cela ne suffit pas et que tu dois prendre des antibiotiques, demande à ton pharmacien de te conseiller des probiotiques spécifiques à la flore vaginale que tu prendras en complément du traitement pour ré ensemencer ta flore vaginale et éviter d’enchaîner avec une mycose.

Les compléments alimentaires à prendre en prévention

Si tu as tendance à avoir des mycoses, tu peux agir en prévention sur l’équilibre de ta flore. L’Elixir Equilibre Vulve et Vagin t’aide à assainir ta flore vaginale et intestinale et soutient ton immunité face aux levures et champignons.
Tu peux faire une cure de 14 jours, puis enchaîner avec une cure de probiotiques et prébiotiques pour rétablir l’harmonie de ton microbiote.

Élixir Équilibre Vulve et Vagin – Mycoses
23,90 €
L’Intime – Nutricosmétique
24,00 €

Changer tes habitudes en termes d’hygiène intime pour limiter l’apparition des mycoses

La toilette intime

En ce qui concerne la toilette de tes parties intimes, le mieux est de ne se laver qu’à l’eau !

Le vagin n’a pas besoin d’être lavé car il s’auto-nettoie grâce aux sécrétions vaginales. Ne fais jamais de douches vaginales (mettre le jet dans l’orifice de ton vagin).

Quant à ta vulve, si tu tiens à la laver, prends le nettoyant le plus neutre possible (sans parfum, sans glycérine, sans perturbateurs endocriniens, exit les gels douches !).

Pour ma part, j’ai choisi le Soin d’hygiène intime de la marque Omum car il est super doux, sans savon et contient des prébiotiques pour nourrir et entretenir une belle flore intime.

Idéalement, on préconise une toilette intime par jour. Si tu dois te laver davantage (après le sport, l’amour ou autre), utilise simplement de l’eau.

En cas de déplacement, ou d’impossibilité de faire une petite toilette, pense aux lingettes nettoyantes intimes My Lubie, elles sont naturelles, super douces (et en plus elles ne polluent pas !).

Les rapports sexuels

Assure-toi d’être bien lubrifiée avant toute pénétration. Ça peut sembler basique mais je sais que de nombreuses femmes continuent à avoir des rapports douloureux car elles ne se soucient pas de leur lubrification. Or, si tu n’es pas lubrifiée, les frottements vont provoquer une irritation, donc un désordre au niveau de la flore et ce sera la porte ouverte aux mycoses (et à d’autres infections !).

Donc si tu te sens sèche, investis dans un lubrifiant (attention à la compo !). Je propose une sélection de lubrifiants super clean pour toi sur mon e-shop.

Après le rapport, pense à aller uriner puis à passer de l’eau sur ta vulve.

L’essuyage après être allée à la selle

Lorsque tu vas aux toilettes, et plus particulièrement à la selle, veille à t’essuyer correctement. J’entends par là : évite que des bactéries issues de ton anus puissent migrer vers ton vagin. Ça aussi ça peut sembler basique, mais crois-moi, ça ne l’est pas tant que ça. On prend parfois de mauvaises habitudes dès l’enfance ! Pour t’essuyer la vulve, tu peux le faire par devant. Pour t’essuyer les selles, passe par le bas de ton dos, et non par ton entrejambe.

bien s'essuyer pour éviter les mycoses vaginales : s'essuyer l'anus par l'arrière et non par l'avant

Tes protections périodiques

Pendant tes règles, choisis de préférence des culottes menstruelles, protections externes qui évitent la stagnation du sang dans le vagin, et dont les matériaux permettent à ta vulve de rester au sec.

Les tampons hygiéniques sont à éviter, mais si tu ne peux vraiment pas t’en passer, achète des tampons bio. Cela t’évitera d’absorber des résidus de chlore et de pesticides directement via ta muqueuse vaginale.

La cup est un bon compromis aussi car son matériau n’agresse pas la flore. En revanche, sois prudente en la manipulant, aie les mains propres et veille au bon entretien de ta cup pour garantir sa propreté. Par ailleurs, si tu as l’intimité fragile, le fait de mettre et enlever la cup plusieurs fois par jour peut t’irriter. C’est pour cette raison que je recommande les culottes menstruelles.

Si tu es adepte du Flux instinctif libre c’est encore mieux !

Faire les bons choix vestimentaires pour te protéger des mycoses

Tes sous-vêtements

Tu l’auras compris, ta flore est fragile, et tu dois la préserver au maximum pour qu’elle te protège des mycoses vaginales. En termes de sous-vêtements, rien de tel qu’une bonne culotte en coton pour ton confort ! Adieu les strings qui créent des frottements, Adieu les matières synthétiques qui empêchent la muqueuse de respirer.

(NB : il existe de jolies culottes en coton, enlève-toi cette image de culotte d’ado de la tête ! et celle de grand-mère aussi !).

Tes vêtements

Toujours dans l’optique de limiter les frottements et la macération, choisis des vêtements dans lesquels tu te sens à l’aise. Ne comprime pas ton entrejambe dans des vêtements trop serrés, surtout si tu es assise la majorité du temps. Ça tombe bien, il me semble que le jean skinny est passé de mode…!

Tes vêtements de sport

Papoter sur le parking de la salle de sport avec ta pote alors que tu as bien transpiré dans ton legging n’est pas la meilleure des idées si tu veux éviter une mycose ! Essaie de te changer le plus vite possible après ta séance pour limiter la macération et la prolifération des bactéries et levures.

Limiter les mycoses en choisissant une contraception qui n’impacte pas la flore vaginale

Je ne cesserai de le dire : la meilleure des contraceptions est celle que tu as choisie et qui te convient. Néanmoins, si tu constates que tu as fréquemment des mycoses vaginales et que tu penses appliquer les bons gestes dont je t’ai parlé ci-dessus, il faut peut-être regarder du côté de ta contraception.

En effet, les contraceptions hormonales comme la pilule, le stérilet ou l’implant, ainsi que les dispositifs au cuivre viennent déséquilibrer le pH et la flore vaginale. Ces moyens de contraception peuvent donc favoriser les mycoses vaginales.

Pour éviter l’apparition de mycoses vaginales dues à ta contraception, tourne-toi vers des contraceptions qui impactent moins ta flore, à savoir :


J’espère t’avoir donné un panorama utile de toutes les précautions à prendre pour te protéger des mycoses vaginales !

Si toutefois tu sens qu’elle te guette, va vite en pharmacie pour te procurer un test ou prends rdv chez une sage-femme ou un gynéco pour confirmer le diagnostic ! Plus vite tu réagis, plus tu t’en débarrasseras facilement !

Et si malgré tout, tu continues à avoir des mycoses, la cause peut être plus profonde. Des professionnels peuvent t’aider à identifier les facteurs déclenchants. Je pense notamment à la naturopathie !

Partage tes astuces anti mycoses avec nous dans les commentaires si j’en ai oublié !

Sources :

Fondation Genevoise pour la Formation et la Recherche Médicales

Mon-gyneco.com

Et mon expérience…!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *