Déséquilibres et pathologies, Hygiène de vie

Les perturbateurs endocriniens (PEE) sont partout, comment les éviter ?

Comment parvenir à limiter les effets nocifs des perturbateurs endocriniens sur notre santé ? Ces substances chimiques qui perturbent le fonctionnement de nos hormones sont partout dans notre quotidien. En établir une liste exhaustive est quasiment impossible car les études scientifiques en décèlent de nouveaux très régulièrement. Faisons le point sur les principaux perturbateurs auxquels nous sommes exposés, les endroits où ils se cachent, et comment les éviter.

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien et quelles sont ses répercussions sur notre santé ?

C’est une substance étrangère à notre organisme qui interfère avec notre système hormonal, soit en imitant les hormones naturelles, soit en bloquant leur émission ou leur réception.

Cette substance peut être d’origine naturelle (comme les isoflavones présents dans le soja, le fenouil, la sauge, etc… que l’on appelle des phytoestrogènes), mais aussi et surtout synthétique. Le souci avec les PEE est qu’ils sont tellement nombreux et tellement disséminés qu’il est difficile de les identifier, et de prouver leur dangerosité. En effet, une substance analysée seule peut se révéler inoffensive, mais très nocive lorsqu’elle est associée à une autre. C’est ce qu’on appelle l’effet cocktail.

Bref. Les perturbateurs endocriniens, comme leur nom l’indique, perturbent notre système endocrinien, donc le fonctionnement de nos hormones.

Or, un circuit hormonal perturbé peut avoir de graves conséquences : sur le cerveau, la croissance, l’immunité, les organes reproducteurs et les constantes vitales. Certains perturbateurs endocriniens sont identifiés comme cancérogènes et d’autres clairement incriminés dans le développement de pathologies chroniques comme le diabète ou l’obésité, les cancers hormono-dépendants, les troubles du développement, ainsi que de la fertilité.

Les personnes les plus sensibles à ces perturbations hormonales sont les femmes enceintes, les enfants jusqu’à la fin de la puberté, et les personnes souffrant ou ayant souffert d’un cancer hormono-dépendant.

Où trouve-t-on des perturbateurs endocriniens dans notre quotidien ?

Les perturbateurs endocriniens sont partout dans notre environnement :

  • l’eau du robinet (via les résidus non filtrés par les stations d’épuration),
  • l’air que l’on respire (via les émanations des échappements des véhicules, et la pollution)
  • les aliments que l’on ingère (qui contiennent des pesticides, des conservateurs, des colorants,…)
  • les produits que l’on touche (détergents, cosmétiques, textile, mobilier, plastique,…)

On y est exposés par inhalation, ingestion ou contact physique.

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?

Éviter d’ingérer des perturbateurs endocriniens

Dans l’alimentation

Nos aliments peuvent contenir des pesticides, des conservateurs, des colorants, des substances ajoutées qui interfèrent avec notre système endocrinien.

Afin d’éviter d’être trop en contact avec eux, voici quelques astuces :

  • consomme des produits non transformés : évite les plats préparés, les biscuits industriels,… et si tu le peux, achète plutôt des produits bruts que tu cuisineras
  • achète des fruits et légumes bio et de saison : tu limiteras l’ingestion de pesticides et tu augmenteras ton apport en vitamines et nutriments !
  • essaie d’avoir une alimentation variée pour éviter la surconsommation d’une substance en particulier
  • si tu ne peux pas te permettre d’acheter du bio, nettoie bien tes aliments et pèle les fruits et légumes
  • limite ta consommation de soja, surtout si tu es enceinte, et évite d’en donner à tes enfants
  • si tu veux boire du soda, choisis ceux en bouteilles en verre car les cannettes en métal contiennent du bisphénol-A
  • évite de boire dans des bouteilles en plastique, de réutiliser les bouteilles en plastique et de les soumettre à des changements de température (coucou la bouteille qui reste dans la voiture !). Investis dans une gourde en inox, en plus, elle garde ta boisson à bonne température.

Dans tout ce qui touche nos aliments (contenants, ustensiles,…)

Au-delà des aliments à proprement parler, il faut être vigilant sur le stockage, la cuisson, le réchauffage, et la conservation des aliments :

  • évite de réchauffer au micro-ondes (et encore moins dans un contenant plastique)
  • choisis des ustensiles de cuisson en inox, céramique ou acier pour éviter le teflon ou les revêtements antiadhésifs. En effet, ces derniers contiennent des perfluorés qui sont un perturbateur endocrinien avéré.
  • fais le tri dans tes placards et jette tes contenants rayés ou abîmés car les PEE se libèrent plus facilement. Remplace-les par des contenants en verre.
  • arrête le film étirable ! et surtout, évite qu’il soit au contact direct de tes aliments. Tu peux le remplacer par des tissus enrobés de cire d’abeille qui protègent tes aliments et sont naturels (tu en trouveras facilement en magasin bio, et ils sont réutilisables).

Limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans notre maison

Pour nos intérieurs, la galère est la même ! Des Perturbateurs endocriniens dans tous les coins ! Notamment dans les produits d’entretien (lessive incluse !), les bougies parfumées, le mobilier (notamment les meubles en aggloméré qui nécessitent l’usage de colles nocives), les peintures murales, et les appareils électroniques.

Voici mes conseils pour limiter ton exposition à ces PEE.

L’entretien de la maison

  • le vinaigre blanc fait des miracles pour nettoyer ! Il est dégraissant, désinfectant et 100% naturel.
    Si tu n’aimes pas trop l’odeur, fais macérer pendant 2 ou 3 jours des épluchures d’agrumes dans le vinaigre blanc, puis transvase ce liquide (sans les épluchures) dans un flacon spray. Ton nettoyant universel est prêt ! Je m’en sers pour nettoyer toutes les surfaces dans la maison : la table à manger, les plans de travail, la lunette des WC, les lavabos,…
  • le savon noir est également un allié pour un entretien sans danger : il est super dégraissant ! Je l’utilise surtout pour laver le sol, dilué dans de l’eau chaude. Il est aussi super efficace pour la vaisselle.
  • concernant la lessive, pour ma part, j’ai arrêté de la faire moi-même, même si c’était la solution la plus “clean”… j’achète une lessive en vrac au magasin bio, sans parfum.
    Alors oui, je te l’accorde, au départ ça fait bizarre que le linge ne sente rien. Mais il est propre, et c’est tout ce qui compte, non ?
  • l’adoucissant peut être remplacé par du vinaigre blanc ! Oui, tu as bien lu ! Un trait de vinaigre blanc dans le bac à adoucissant de ta machine à laver rendra ton linge tout doux (et promis, ça ne sent pas !)

Les appareils électroménagers

Les appareils électroniques contiennent aussi des PEE (bisphénol A, phtalates, et retardateurs de flammes bromés notamment). L’écran de télé, la box internet, la console de jeux, l’ordinateur… pour limiter leur impact sur notre santé (et je parle ici uniquement de la partie qui concerne les perturbateurs endocriniens), je te recommande de :

  • éteindre les appareils lorsqu’ils ne sont pas utilisés (les mettre en veille ne suffit pas à stopper les émissions)
  • ventiler régulièrement les pièces de la maison qui en contiennent
  • limiter leur usage

Le mobilier

Les meubles en aggloméré ou avec des revêtements (PVC, contreplaqué) contiennent des substances toxiques. De même que les canapés, coussins, housses, plaids, et matelas.

Pour les éviter, privilégie les matériaux bruts et non traités (bois massif). Pense aussi à lessiver les textiles avant utilisation (housses de coussins par ex). Les labels sont là pour t’aider à faire un choix, notamment le label NF Environnement ou l’Ecolabel.

Si ton meuble ou équipement neuf a une forte odeur, laisse-le aérer en extérieur jusqu’à dissipation de l’odeur si possible.

Éliminer les PEE en contact avec notre corps

La salle de bains

S’il y a un endroit de la maison où on compte un maximum de perturbateurs endocriniens, c’est bien la salle de bains !

Les produits d’hygiène et les cosmétiques en sont pleins ! Parabènes (pour la conservation), phtalates (pour fixer les senteurs), alkyphénol, éthers de glycol, phenoxyethanol (conservateurs), filtres UV, résorcinol, BHA, triclosan (antibactérien), silicones,…

Cette liste fait mal aux yeux !

Si tu n’as pas déjà fait une démarche pour réduire l’impact de tes cosmétiques sur ta santé, tu peux te débarrasser de :

  • ton gel douche. Utilise un pain de savon à la place, si possible saponifié à froid (pour éviter la peau de croco) et fabriqué à base d’ingrédients naturels. Il y a sûrement un artisan savonnier près de chez toi, tu feras un heureux en plus d’arrêter de t’empoisonner !
  • ton shampoing. Tourne-toi vers des marques naturelles. Je te l’accorde, la transition fait bizarre (car ce sont les silicones qui rendent tes cheveux aussi brillants, mais ils étouffent tes pores et les écailles de tes cheveux à la longue et sont dangereux pour ta santé). C’est donc un mal pour un bien comme on dit !
  • tous les flacons en plastique PVC (chiffre 3 dans un triangle)
  • tes vernis à ongles. Si tu veux continuer à faire tes manucures, choisis des vernis “Free”. Il y a un chiffre devant qui correspond au nombre de substances nocives dont ils sont exempts. Plus le chiffre est élevé, moins le vernis est nocif. (Exemple, les vernis Manucurist et Kure Bazaar sont “12 Free”)
  • tes crèmes solaires (les filtres chimiques sont efficaces mais dangereux pour ta santé et pour l’océan). Choisis des solaires composés de filtres minéraux. Oui, je t’entends me dire que ça fait tout blanc sur la peau. L’astuce pour éviter ça, c’est de mettre une huile végétale par dessus pour contrer l’effet blanc.
  • ton maquillage. Aujourd’hui, de nombreuses marques proposent du maquillage de qualité et sans substances controversées, à des prix abordables (souvent plus que les marques des parfumeries !). Tu peux aller jeter un oeil sur le site de ma boutique chouchou de Bayonne La Licorne de Victorine
  • ton parfum. Il agit sur ton organisme par olfaction (tu le respires) et par voie cutanée. Personnellement je n’ai pas encore franchi le cap d’arrêter le parfum, alors pour limiter la casse j’en mets uniquement sur mes vêtements.

J’en ai sûrement oublié…

Ce qu’il faut que tu saches aussi, c’est que même les marques de grands laboratoires vendues en pharmacie contiennent des PEE. Fais le test avec une application comme Clean Beauty ou INCI Beauty si tu as un doute.

Je fais tous mes achats pour la salle de bains sur le site Mademoiselle Bio. Il y a du choix et la sélection est rigoureuse, je leur fais confiance et ça enlève un peu de ma charge mentale.

Les vêtements

Pour les vêtements, ce n’est pas tout rose non plus. À moins d’acheter un vêtement en coton bio non traité, non coloré, tu as de fortes chances d’être exposée à des perturbateurs endocriniens.

Qu’il s’agisse des tissus, des couleurs, des impressions, des traitements (déperlant, imperméabilisant, anti-transpirant, anti feu,…) les substances controversées sont présentes.

Comment les éviter ? En privilégiant les matériaux naturels et bruts (chanvre, lin, coton certifié), les vêtements de seconde main (le premier propriétaire aura essuyé les plâtres avant toi !) et en lessivant tes achats avant de les porter.

Les produits liés au plaisir sexuel

Ils sont directement au contact de nos muqueuses et pénètrent donc encore plus vite dans notre organisme !

On trouve des perturbateurs endocriniens dans les sex toys (pour rendre les matériaux souples et doux), les lubrifiants, et même sur les préservatifs ! Comment éviter cela, sachant qu’aucune réglementation ne leur impose de lister les ingrédients présents (contrairement au secteur des cosmétiques) ?

C’est pour ça que j’ai sélectionné des produits sains pour toi sur mon e-shop : des préservatifs en latex naturel sans produit nocif, mais également des lubrifiants à la compo irréprochable.

Pour les sextoys, tu peux soit te laisser tenter par ceux que je propose sur mon shop qui sont en silicone médical ou silicone platine donc absolument sans danger pour ton intimité ! Ou bien te rabattre sur des jouets en verre ou en pierre et en profiter pour ajouter une dimension spirituelle à ton exploration. Tu peux aussi limiter la pénétration et utiliser des stimulateurs externes. Il existe également des jouets en bioplastique fabriqués à base d’amidon de maïs et sans substances nocives…mais je n’ai pas trouvé plus d’infos à propos du fabricant alors je ne me prononce pas sur la fiabilité de ces objets 😉

Et toi quelles sont tes astuces pour éviter les effets nocifs des perturbateurs endocriniens ? Partage avec nous tes bons plans en commentaire ⏬️⏬️⏬️ pour qu’on en sorte toutes gagnantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *