Anatomie & cycle, Déséquilibres et pathologies, Hygiène de vie

Qu’est-ce qui peut perturber ton cycle menstruel ?

Le cycle menstruel est un élément essentiel de la santé féminine. Sa durée, sa régularité, son harmonie, sont des indicateurs importants à observer. Parfois, les cycles sont plus longs que d’habitude, et parfois plus courts. Je t’explique à quoi ça peut être dû !

☞ Si tu penses que ton cycle doit impérativement durer 28 jours et que tu ovules forcément au jour 14, c’est que tu n’as pas lu mon article sur la durée du cycle menstruel !

Maintenant, voyons toutes les raisons qui peuvent décaler ton cycle menstruel et le rendre plus long ou plus court que d’habitude.

Petit rappel des 4 phases du cycle féminin

schéma du cycle hormonal féminin montrant les différentes phases du follicule, la courbe de température, les taux d'hormones et l'épaisseur de l'endomètre
  1. Les règles
    Le cycle démarre au 1er jour de règles. Les règles durent en moyenne 3 à 5 jours.
  2. La phase folliculaire ou pré-ovulatoire
    Après les règles, le corps se prépare à libérer un ovule, c’est la phase folliculaire (du nom de l’enveloppe qui contient l’ovule et dans lequel il mature jusqu’à être libéré). Elle peut prendre plus ou moins de temps (retiens bien cette info) !
  3. L’ovulation
    Lorsque l’ovule est mature, il est libéré dans les trompes, c’est la fameuse ovulation ! Elle dure quelques secondes !
  4. La phase lutéale ou progestative.
    Après l’ovulation, le follicule qui a libéré l’ovule se transforme en “corps jaune” et produit de la progestérone. C’est l’hormone qui prépare le corps à une éventuelle grossesse (la muqueuse utérine s’épaissit pour accueillir l’embryon, la température corporelle augmente,…). Au bout de 12 à 16 jours, si l’ovule n’a pas été fécondé, les règles se déclenchent et un nouveau cycle démarre.

On remarque que la seule des 4 phases pour lesquelles on n’a pas d’indication de durée, c’est la phase pré-ovulatoire. C’est là que tout se joue.

L’importance de l’ovulation dans le cycle

Tu n’ignores pas qu’en tant qu’êtres vivant sur cette planète, et comme toutes les races animales, notre instinct primaire est de faire perdurer notre race. Et pour cela, nous devons nous reproduire ! C’est notre mission sur cette Terre !

Je ne t’apprends rien si je te dis que pour procréer, il faut qu’un ovule et un spermatozoïde se rencontrent. Par conséquent, le point d’orgue du cycle féminin est l’ovulation ! C’est elle qui régit tout le cycle.

Sans ovulation, pas de grossesse certes, mais pas de règles non plus, et donc pas de cycle.

Donc tu peux considérer que dans la majorité des cas, si ton cycle est plus long, c’est que ton ovulation a été décalée ou n’a carrément pas eu lieu.

Comment ton hygiène de vie impacte tes cycles

Le corps humain est une machine merveilleuse et très très bien faite. 

Si tu es stressée, fatiguée ou malade, ton cerveau peut considérer que la période n’est pas idéale pour accueillir un bébé. Alors il peut mettre l’ovulation en pause en attendant que les conditions soient plus favorables ! (c’est lui qui gère en partie l’émission des hormones qui déclenchent la libération de l’ovule, mais je vais pas rentrer dans les détails techniques).

Or si l’ovulation est décalée…ton cycle aussi

Tout ce qui peut perturber ton équilibre, peut perturber ton cycle ! Un voyage par exemple, un jeûne, un choc émotionnel, un déménagement,…

D’où l’importance de prendre soin de soi, d’éviter les situations de stress, de bien dormir, de manger équilibré, de pratiquer une activité physique régulière,…

L’arrêt de la pilule peut perturber tes cycles

Si tu es sous pilule contraceptive, tu n’as pas vraiment de cycle. Comme son nom l’indique (contra / ception = contre la conception), elle empêche une grossesse par l’arrêt des ovulations grâce à un cocktail d’hormones de synthèse.

C’est donc un “faux” cycle qui est présent et qui est orchestré par le dosage des hormones de ta pilule. Sa durée ne varie donc pas lorsque tu es sous pilule contraceptive (d’ailleurs les plaquettes font 21 comprimés + 7 jours de pause, ou 28 comprimés sans pause).

En revanche, lorsque tu arrêtes une contraception hormonale, ton corps peut mettre un certain temps avant de reprendre son fonctionnement en autonomie. Tu peux donc avoir des cycles plus longs ou plus courts. C’est comme si tu devais marcher avec des béquilles pendant plusieurs mois. Lorsqu’on t’enlève tes béquilles, tu mettras quelques temps à retrouver ton équilibre et ta démarche naturelle. Et bien pour le corps c’est pareil, sans leur “béquille hormonale”, tes cycles peuvent mettre quelques temps avant de retrouver leur équilibre.
(sois très prudente à cette période si tu veux éviter une grossesse !)

La préménopause, ou la préparation à l’arrêt des cycles

La ménopause… l’épée de Damoclès des femmes ! 

La ménopause, c’est l’arrêt des cycles et donc des règles

Mais à part ça on nous enseigne quoi sur ce phénomène ? Pas grand chose… Du moins, moi je n’ai pas souvenir qu’on nous ait expliqué pourquoi ni comment, arrête-moi si je me trompe.

En gros, pour la faire courte, la ménopause c’est quand la réserve de follicules ovariens est épuisée et que le corps cesse de produire les hormones reproductrices (notamment les oestrogènes). C’en est fini des cycles : notre corps ne peut plus servir à procréer !

Mais ça ne se fait pas en un claquement de doigts, c’est progressif, et donc avant ça, on est en préménopause !

C’est une période un peu bizarre où le corps continue des cycles mais avec une sorte tendance à la procrastination…

Les règles peuvent se faire beaucoup plus rares, ou beaucoup plus abondantes, ou à l’inverse très légères ! Le SPM (syndrôme prémenstruel) peut aussi se marquer davantage, la peau se relâcher, le gras s’installer sur les hanches et le bas du ventre… Bref, tout un programme de réjouisssances dont on reparlera ensemble, ne t’inquiète pas !

Tout ça pour dire qu’en période de préménopause, tes ovulations peuvent être complètement anarchiques et tes cycles très aléatoires.

Sache que la préménopause peut commencer à partir de 42 ans (oui je te l’accorde, c’est tôt !!!!). Donc si tu observes que tes cycles sont plus longs ou plus courts que d’habitude à partir de 42 ans, tu es peut-être en préménopause.

Les pathologies qui perturbent tes cycles 

Certaines pathologies affectent le fonctionnement du cycle, notamment le SOPK (Syndrome des Ovaires Polykystiques), les problèmes de thyroïde,…

Le syndrome des ovaires polykystiques se traduit par un nombre trop important de follicules au niveau de l’ovaire, dont aucun n’arrive à maturation suffisante pour être libéré et provoquer une ovulation de qualité. Les cycles des femmes souffrant de SOPK sont donc très longs et irréguliers.

La thyroïde étant un des organes principaux du système hormonal, les affections qui la touchent ont la plupart du temps des répercussions sur l’ovulation et donc la durée des cycles.

Pour d’autres maladies, ce sont les traitements qui peuvent perturber l’équilibre hormonal et donc le cycle. 

Le cycle pendant la grossesse et l’allaitement 

Lorsque une fécondation a eu lieu, les cycles s’arrêtent pour laisser place à la grossesse. 9 mois (et plus) sans cycles. En effet, il est inutile de produire des ovules alors qu’un bébé est en cours de fabrication !

Après l’arrivée de bébé, selon que tu allaites à fond, un peu, ou pas du tout, tes cycles mettront plus ou moins de temps à revenir et à se stabiliser (notamment à cause de la prolactine).

Attention au retour de couches ! Lorsque tes règles sont de retour, cela ne veut pas dire que tes ovulations vont reprendre mais que tu as eu une ovulation ! C’est souvent parce qu’on ignore ça que le 2ème arrive sans crier gare !

Voilà les principales raisons qui peuvent allonger ou raccourcir tes cycles hormonaux. Ce sont des éléments qui perturbent l’ovulation qui perturbent ton cycle. L’équilibre hormonal est fragile et il faut le chouchouter pour avoir une ovulation de qualité et moins subir ses cycles et ses hormones.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *