Contraception, Déséquilibres et pathologies, Hygiène de vie

Peut-on consulter une sage-femme pour son suivi gynécologique ?

Pour le suivi de leur santé gynécologique, peu de femmes savent qu’elles peuvent consulter une sage-femme plutôt qu’un gynécologue. En effet, lorsqu’il s’agit de notre santé intime, le premier réflexe est de consulter un gynécologue. Malheureusement, ces derniers sont de moins en moins nombreux et les délais pour avoir un rendez-vous sont extrêmement longs. Par ailleurs, on a tendance à attribuer aux sages femmes le seul rôle du suivi de la grossesse et de l’accouchement. Pourtant, leurs compétences et leurs missions sont bien plus vastes !

Pour quelles raisons a-t-on besoin d’un suivi gynécologique ?

En général, la première fois qu’on consulte un gynécologue, c’est à la puberté, après l’apparition des premières règles. Cela peut-être pour une contraception si l’adolescente a des rapports sexuels, ou bien pour le vaccin contre le papillomavirus.

Par la suite, il est recommandé aux femmes de consulter pour effectuer un suivi pour tout ce qui concerne leur intimité (appareil génital et seins) :

  • contraception
  • dépistage de maladies sexuellement transmissibles
  • règles douloureuses ou hémorragiques
  • Syndrôme prémenstruel marqué
  • dépistage du cancer du sein ou de l’utérus
  • dépistage de pathologies des ovaires, des trompes, de l’utérus, etc.
  • suivi en pré ménopause et en ménopause
  • etc.

Les sages femmes proposent des consultations de suivi gynécologique

Les sages-femmes ont suivi une formation de 5 ans minimum. Cette formation leur permet d’assurer des consultations pour le suivi gynécologique et la santé intime des femmes, et pas uniquement pour la grossesse.

Elles peuvent en effet, après un entretien, prescrire une contraception et en réaliser le suivi (pose et retrait du stérilet, apprentissage à l’utilisation de la cape cervicale, etc).

Elles sont également compétentes pour assister le couple en désir d’enfant.

Leur formation leur permet de réaliser des échographies pour le suivi de la grossesse ou pour les contrôles préventifs. De même, elles sont qualifiées pour réaliser les frottis et autres examens internes.

Même le vaccin contre le papillomavirus peut être administré par une sage-femme.

En bref, elle peut tout à fait se substituer au médecin pour le suivi gynécologique. Son champ d’actions s’arrête lorsqu’une pathologie est détectée.

Pourquoi consulter une sage femme plutôt qu’un gynécologue ?

Premièrement, parce que les sages femmes sont tout à fait compétentes pour le suivi gynécologique, comme on l’a vu ci-dessus.

Et deuxièmement parce qu’elles sont plus nombreuses et plus disponibles !

En 2022, en France, on comptait 5 636 gynécologues en activité. D’ici à 2030, ce chiffre devrait baisser de 16%. Selon l’INSEE, en 2022, il y avait 14 500 000 femmes entre 15 et 50 ans en France. On a donc 1 gynécologue pour 2572 femmes !

Le délai moyen pour un rendez-vous avec un gynécologue est de 101 jours, et la consultation dure entre 20 et 30 minutes (dont 10 minutes d’examen physique).

En revanche, il y avait 23 764 sages femmes en 2022 en France, soit 1 pour 610 femmes. Et le délai moyen pour obtenir un rdv est de 6 jours.

L’argument en faveur des sages femmes est donc tout trouvé !

Dans quels cas un rendez-vous avec un gynécologue s’impose-t-il ?

Lors du suivi, ta sage-femme peut détecter une pathologie (mycose, kyste, infection,…). Elle t’enverra à ce moment-là vers un gynécologue.

En effet, le gynécologue est médecin et est donc habilité à te prescrire un traitement adapté.

En général, lorsque tu souffres d’une pathologie, les gynécologues débloquent des créneaux de rendez-vous en urgence (il faut parfois faire preuve d’un peu d’insistance auprès du secrétariat !).

Tu cherches une sage-femme ou un gynécologue ?

Je te conseille de consulter le site Gyn&Co qui répertorie tous les soignants “féministes”, c’est à dire qui respectent nos droits, nos volontés, et qui ne soient pas dans le jugement et la discrimination.

Si les sujets en lien avec l’intimité féminine t’intéressent, abonne-toi à ma newsletter bimensuelle en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *